National 3 – Victor Petit (ASSE) de retour en terre savoyarde

A l’occasion de la réception de l’Association Sportive de Saint-Etienne (B), focus sur Victor Petit, ancien joueur du club, qui fera son retour en Savoie. Après la signature de son premier contrat professionnel en juin 2019, le milieu de terrain continue son chemin vers le haut niveau. Il nous livre son impression sur son parcours et ses retrouvailles avec son ancien club.

Bonjour Victor, après être passé en terre savoyarde ( au Nivolet FC puis au Chambéry Savoie Football), te voilà joueur professionnel au sein du club mythique de l’ASSE.  Avec du recul, quels sentiments t’animent lorsque tu penses à ton parcours ?

V.P : « Au début, je n’aurais jamais pensé arriver à signer professionnel. Je me suis dit qu’il fallait faire les choses dans l’ordre, étape par étape et au fil des années j’ai gagné en confiance. Ça a été difficile au début, d’être loin de mes parents mais au final je m’y suis fait, je me suis mis dans le bain, et j’ai monté les échelons. Je suis fier d’en être arrivé là mais il me reste encore un palier à franchir pour intégrer le groupe professionnel de façon définitive, je ferais tout pour y arriver. »

Tu reviens au stade Mager à l’occasion de la seconde journée de championnat de National 3 et la réception de l’équipe réserve de Saint-Étienne, qu’est-ce que cela te fait de revenir et d’affronter le club où tu as évolué étant jeune ? 

V.P : « Je suis à la fois excité et déterminé. L’année dernière nous sommes descendus en National 3 après une saison compliquée notamment par l’épidémie de Covid. Cette saison notre effectif est assez jeune mais il a tout pour remonter en National 2 donc même si Chambéry est mon ancien club, nous ferons tout pour repartir avec une victoire. »

Ton parcours peut inspirer les jeunes jaunes et noirs, quels conseils pourrais-tu donner à la jeune garde chambérienne ?

V.P : « Je leur dirais de s’investir dès le plus jeune âge pour espérer intégrer le plus rapidement possible une structure professionnelle. Et même si cela n’arrive pas aussi vite qu’ils pouvaient l’espérer, il ne faut jamais baisser les bras, je sais de quoi je parle. Chaque année je m’entraîne en équipe réserve mais je continue d’y croire et de travailler. Après tout, on voit des joueurs arriver dans des effectifs professionnels à l’âge de 20 ou 21 ans, on peut toujours espérer avoir une carrière dans le football. »

 

Crédit photo : ASSE